Les règles du polo

Les règles en bref

Les premières règles officielles du polo proviennent d’Angleterre, où elles ont été créées par le Hurlingham Polo Club, fondé en 1876. Trois ans plus tard, les Américains qui avaient découvert le polo et avaient fondé le Westchester Polo Club à Newport, dans le Rhode Island, a demandé aux Britanniques d’écrire une version définitive des Règles de Hurlingham et d’établir les règles correspondantes pour leur club. Ceux-ci sont toujours valables à ce jour. Les Américains ont eux-mêmes conçu le système de handicap, qui a également été adopté par la Grande-Bretagne et l’Inde en 1910.

Le champ

Le polo peut être joué sur pratiquement n’importe quel terrain de niveau suffisant. Le sol doit être ferme et constamment entretenu (ni trop humide, ni trop profond ni trop dur et donc, encore une fois, trop glissant). Les dimensions internationales officielles d’un terrain de polo marqué par des lignes et des marqueurs de distance (à 30, 40 et 60 mètres du but) mesurent 182 mètres de large sur 274 mètres de long. Cependant, les organisateurs de matches permettent de plus en plus de jouer sur des terrains plus petits. L’avantage est qu’il est plus facile pour les spectateurs de regarder. L’inconvénient est le jeu plus lent, avec des passes plus courtes. Le polo sur neige se joue toujours sur des terrains plus petits, car la pression physique du polo d’hiver, surtout à haute altitude, est encore plus grande pour les chevaaux que pour le polo d’été sur gazon. Le but a des montants mais pas de barre transversale et mesure 7,3 mètres de large.

Les équipes

Chaque équipe est composée de quatre joueurs. Le numéro 3 est le capitaine, qui organise le match. Le numéro 4, également appelé « retour », est responsable de la défense, tandis que les deux autres sont des attaquants. Si une équipe compte plus de quatre joueurs et est facturée comme « partagée », deux joueurs (généralement avec le même handicap) remplacent dans une position.

Handicap

En fonction de leurs aptitudes, chaque joueur de polo joue avec un handicap allant de -2 à +10. Alors que le niveau d’entrée -2 correspond à un débutant, très peu de joueurs dans le monde possèdent le handicap le plus élevé possible de +10, et la plupart d’entre eux sont argentins. Environ 90% des joueurs de polo ont des handicaps allant de 0 à +2. Les associations nationales de polo examinent et attribuent annuellement les handicaps des joueurs, en fonction du succès remporté dans les tournois. Quand une équipe est constituée, les handicaps des quatre joueurs individuels sont additionnés pour donner le handicap à l’équipe. Les tournois sont annoncés dans différentes classes de jeu (but bas, moyen ou élevé), et les handicaps d’équipe des équipes inscrites doivent correspondre à ceux-ci. Si des équipes de handicaps d’équipes différents se font face,

Chukka

Selon l’organisation du tournoi, un match de polo se compose de quatre, cinq ou six unités de temps appelées chukkas. En Europe, un match consiste normalement en quatre chukkas de 7,5 minutes chacune. La dernière partie du jeu dure exactement sept minutes. Un cheval ne peut pas être joué dans plus de deux chukkas dans un match, et non dans des chukkas consécutifs. Cela signifie que les chevaux sont changés entre les chukkas. À la mi-temps (généralement après deux chukkas), il y a une pause de cinq minutes, pendant laquelle le public est invité à se rendre sur le terrain et à « pénétrer » dans les fosses de gazon découpées par les sabots des chevaux.

Direction du jeu

Le jeu a une tradition curieuse, qui confond toujours les nouveaux venus au polo. Chaque fois qu’un but est marqué, la direction du jeu change. La règle tire son origine des climats les plus chauds de l’empire sur lesquels le soleil ne se couche jamais. Jouer contre un soleil bas et éblouissant a désavantage décisif une équipe. La règle empêche également les dégâts excessifs sur le gazon au niveau de la gueule de but de l’équipe la plus faible en raison d’un jeu à sens unique.

Ligne du ballon

La règle fondamentale et la plus importante du sport du polo est connue sous le nom de « droit de passage » (ROW). Chaque fois que la balle est en jeu, un droit de passage existe et est toujours considéré comme tenu par le joueur qui s’établit sur la ligne de la balle ou à l’angle le plus proche de celle-ci (LOB = la trajectoire prolongée dans voyagé ou voyage). Aucun autre joueur ne peut entrer ou traverser cette emprise. Les joueurs ne peuvent pas placer ou vérifier leurs chevaux au-dessus de la ligne si cela présente le moindre risque de collision avec le joueur qui a actuellement le droit de passage. Le joueur avec le droit de passage ne peut perdre le droit de passage qu’en étant « monté » ou « accroché ». « Accrocher » signifie utiliser le bâton pour empêcher l’autre joueur de récupérer ou de frapper le ballon. Cela se fait en bloquant l’adversaire ‘ s coller pendant un coup ou pendant que l’autre joueur tape ou dribble le ballon. Il est interdit d’accrocher le corps du cheval adverse. « Riding off » signifie essayer de forcer un adversaire qui roule en parallèle, bien sûr, par une sorte de mise en échec, de sorte que le joueur ne puisse plus frapper la balle. Le départ est autorisé, à condition qu’il se déroule parallèlement, et non sous un angle, au joueur qui a le droit de passage.

Techniques

En principe, la balle est frappée du côté droit du cheval, appelé « hors-jeu ». Le tapotement a lieu vers l’avant (coup droit en avant) ou vers l’arrière (revers en arrière). Pour un jeu de «côté», qui se déroule du côté gauche du cheval, le joueur doit tordre la selle et, en tenant le bâton dans sa main droite, l’amener de l’autre côté du cheval. Le coup droit et le revers proche sont les jeux correspondants en avant et en arrière. « Sous le cou » fait référence aux coups effectués devant ou sous le cou du cheval. Parmi les manœuvres les plus délicates, citons les coups « arrondis » effectués à l’arrière du cheval.

Equipement et fixation

Chaque joueur porte un maillet d’environ 150 cm de long (les longueurs et les poids varient en fonction de la taille du cheval et des préférences du joueur, et des maillets de toute élasticité – ou « whippiness » – et donc de la puissance de frappe sont autorisés). Le manche du maillet est en canne de bambou, avec une tête conique en « cigare », généralement en bois de tipuana blanca argentin. La poignée est équipée d’une élingue en tissu, qui est enroulée autour de la main pour plus de stabilité lors du tapotement. Tous les joueurs doivent porter un casque, de préférence avec une protection faciale. Des genouillères en cuir sont également nécessaires. Les jambes des chevaux sont protégées des coups et des balles volantes par des bandages souples. Leurs queues sont attachées pour éviter un enchevêtrement avec le maillet. Des selles légères sans genoux sont utilisées; Le tack consiste en une double rêverie empêchant la perte de contrôle si une rêne se brise et aidant le cheval à maintenir son équilibre.